Adresse
|
Téléphone

FEMINNES : Stage de perfectionnement

Les FEMININES ont leur STAGE DE PERFECTIONNEMENT. Il se déroulera au Stade Kléber Sellier du Lundi 29 octobre au Vendredi 02 novembre de 14h à 16h. Le stage est ouvert aux licenciées et non licenciées. Pour tout renseignements vous devez contacter Eddy Nkorouna au 06 01 25 21 54
 
 
 
 
 
 

Le Standard renaît de ses cendres...Avec de nouvelles ambitions...

En plus de quinze ans le club a su repartir de zéro avec des passionnés qui ne voulaient surtout pas voir disparaître les "Garennes ou Jaunes et Noirs". Mohamed Bouziane (Président) et Dimitri Salomon (Manager Général) ont su fédérer et remobiliser toute une partie des adeptes du football Montatairien avec comme fil conducteur « le Bien Vivre Ensemble autour d'une même Passion la Passion Foot ». Le Standard compte sur un noyau d'une quinzaine de dirigeants qui sont les pierres angulaires de ce renouveau, parmis eux les plus anciens : Claude DEPOMMIER, Yves CHARTIER, Pierre FRIGAULT, Slimane MOULOUDJ, Vincent MICHEL, sans ses fidèles serviteurs du football locale le club aurait disparu. Nous ne mettrons jamais assez en avant leur investissement au quotidien auprès de nos joueurs. Les six dernières saisons sont simplement exceptionnelles, l'équipe Fanion s'est invitée parmi l'Elite Régionale avec une accession en Régionale 1 l'équivalent de la 6ème Division Nationale.  Passant de l'Interdistrict Régionale 3 à la Régionale 1 et deux accessions à la clé. Sans compter l'accession à l'Elite Départementale de l’équipe Seniors B. Cette réussite et cette ascension ne se sont pas faites sans difficultés ni le fruit du hasard mais elles sont l'aboutissement d'une volonté de franchir tous les obstacles pour que le Standard soit attractif sportivement. La recette est simple au Standard, pas de stars ni de mercenaires, un réseau et un noyau de joueurs qui se retrouvent sur le terrain pour une seule chose : le plaisir de se retrouver et de gravir les échelons ensemble. Les joueurs qui signent au Standard signent pour un projet de jeu et doivent adhérer aux valeurs qui font l'ADN du Standard : Unité, Etat d'Esprit ou le collectif brille et non les individus. Le standard effectue sa mue et à un énorme travail à effectuer au niveau des équipes de jeunes pour les 3 années à venir, les fondations du club pour qu'elles soient solides passent par la structuration de notre pré formation et formation. Nos équipes à 11 doivent impérativement évoluées en Ligue d'ici deux saisons et ainsi garder ses meilleurs éléments. Cette saison le Staff technique a recruté 12 nouveaux joueurs dont 10 pour le groupe première pour être compétitif. Notre début de saison en Régionale 1 n’est pas fameux, les voyants sont aux rouges et il est assez compliqué. Il nous manque un match référence et une victoire pour lancer notre saison et nous libérer, l'apprentissage est plus long que prévu mais nous savons que  les Jaunes et Noirs feront tout ce qui est possible pour rester dans l'Elite Régionale et cela s'est une certitude. Réponse fin mai 2017...
Michel Ciocco Octobre 2017 Responsable Communication / Webmaster
 

Si le Standard m'était conté...

Vive le football à Montataire.....on y joue depuis 1908, Lorsque fut créé le Saxby Athletic -Club. ( Montataire debout depuis les Jacques)  une équipe d'usine transformée en 1921 en Standard Athletic de Montataire. C'est un club qui a des ambitions et des principes : il se refuse par exemple, à l entrée du règne de l'argent chez les amateurs. La lumière viendra de son tournoi international juniors espoir s y déroule, de 1974 à 1984, sur les pelouses des deux stades de la ville, il est organisé par l'office municipal des sports. En 1989 y participaient le prestigieux Racing clubs de France, le Nottingham Forrest, le Standard de Liège, le Dynamo de Moscou, une sélection d' Oranie, une équipe venue des USA, Montpellier, et le Standard Montatairien. Le livre d or du tournoi s enorgueillit d un fait rarissime en France. Il a vu jouer sur les pelouses de Montataire une brochette impressionnante de célèbres joueurs professionnels de toute l Europe quand ils n'étaient encore que des juniors : Miguel Gonzales (Réal de Madrid) Stanley Menzo ( Ajax d Amsterdam) Lyasso Sandwak (Paris St Germain) Manuel Amoros (Marseille) Eok Witshge (Ajax puis S Germain ) Marco Van Basten (Milan AC) Thierry Siquet (Standard de Liege ) Mariano et Paulo Madiera (Benfica , Lisbonne ) Bruno Bellone (Cannes) pour n'en citer qu'une poignée. ..
le sport aime Montataire ! 
 Allez Les garennes en avant, surnom donné aux footballeurs du Standard !!!
 
LE STADE KLEBER-SELLIER de Montataire.

AU DÉBUT, il n'y  avait pratiquement que des champs. Après trente ans d'urbanisation massive, le stade Kléber-Sellier de Montataire est désormais noyé parmi les maisons et les immeubles. Forcément, cela fait un peu drôle pour les anciens, ceux qui dans les années 1960 venaient par centaines soutenir les Garenne, le surnom donné aux joueurs du club.
« C'était l'époque des derbys avec Creil où l'on ne se faisait pas de cadeaux, rappelle Raymond, un octogénaire qui habite le quartier depuis  sa jeunesse. Le dimanche, on faisait la queue à l'entrée. Si tu ne voulais pas rater le coup  d'envoi, il ne fallait pas arriver cinq minutes avant... »
Raymond, lui, y avait ses habitudes.
Ses copains, aussi. A peine la première mi-temps terminée, tous se retrouvaient à la buvette
autour d'un verre de vin. Parfois chaud, en hiver. « Souvent, on s'en envoyait deux ou trois,
poursuit-il. Même qu'on a parfois loupé un bout de la deuxième mi-temps. Mais bon, on ne s'ennuyait pas   (rires)... »
Gabriel Barra, non plus. Lui qui fit une bonne partie de sa carrière sportive  à Creil, est passé par Montataire. « J'y ai vécu deux superbes saisons de 1964 à 1966, raconte-t-il.
En moyenne, il y avait entre 500 et 800 spectateurs. L'avantage, c'est que le public était tout
près, à trois ou quatre mètres de nous. A ce moment-là, je jouais en milieu de terrain et j'y
ai vite pris mes marques. D'ailleurs, la première saison, nous sommes montés de Promotion d'Honneur en Division d'Honneur. L'entraîneur, c'était Michel Leblond, un grand monsieur qui a joué à  Reims avec Raymond Kopa. Il est arrivé à Montataire à cause de son travail de représentant pour  Adidas... »
Hommage au crémier
 En 1965, le stade de la Garenne est rebaptisé Kléber-Sellier, du  patronyme du président décédé quelques mois auparavant. « C'était un grossiste en crémerie qui avait son entrepôt au hameau de Magenta, précise Gabriel Barra. Les dirigeants voulaient qu'on  se souvienne de lui... »
A peine dix ans plus tard, la municipalité construisait, à quelques centaines  de mètres de là, le complexe sportif Marcel-Coëne, l'un des plus beaux stades du département avec sa tribune de 2 000 places. Mais dans le coeur des vieux Montatairiens, c'est toujours  Kléber-Sellier qui a la cote.
Île-de-France & Oise > Oise|J-Y.B.| 27 juillet 2007, 0h00
 

Le FCM : une école de vie...

Le football est le sport le plus pratiqué en France. Avec plus de deux millions de licenciés au niveau
national, Mohamed Bouziane, président du Football Club Montataire, le dit sans détour ; « C’est le sport ! ».
Mohamed Bouziane parle avec fierté et passion du FCM. De« l’age d’or » où la première équipe senior était en DH, à la remise sur pied d’une structure sportive moderne, pour lui tout fait sens. Le club est passé par des moments difficiles, mais maintenant « on n’y pense même plus ». 350 licenciés au
club, une réputation attractive dans le bassin creillois, un public familial et chaleureux tous les week-end, le FCM a de quoi faire des envieux. Au coeur de cette réussite, d’abord le sérieux.
A l’entraînement il règne un silence d’église que seul vient déchirer les directives du coach. « Ça joue, ça bosse... qu’est-ce qu’on peut demander de mieux pour un entraînement ». Sérieux sur le terrain, sérieux aussi dans la structure du club. Cette année le FCM s’est vu délivré les labels national et régional qualité « école de football » aboutissement de trois ans d’efforts pour se mettre à niveau des exigences de la certification FFF. Accueil, Fidélisation, Encadrement, Éducation... il a fallu former et obtenir les reconnaissances de compétences pour l’encadrement, développer de nouvelles pratiques dans le suivi éducatif des débutants, poussins et benjamins.
Seules seize équipes ont décroché le label cette année et là encore le Président nous le dit de façon simple, mais toujours avec la même passion et la même fierté « Aujourd’hui on peut dire que l’on est une école de Foot ». Du sérieux, et de l’étique aussi. L’application des joueurs de l’équipe première à l’entraînement se comprend aisément au vue de l’émulation organisée au sein des
trois équipes seniors. Assiduité aux entraînements, performances, concurrences pour le même poste, esprit d’équipe, tous ces critères font partie des choix de DimitriSalomon, l’entraîneur du FCM. Et les résultats sont au rendez-vous. L’équipe A est classée en haut de tableau du groupe C en première division de district de l’Oise et vise la montée. L’équipe B, en troisième division, occupe une position équivalente, avec les mêmes objectifs. Parce qu’ « il ne faut pas de décalage
trop important entre les deux équipes... Pour la cohérence de l’effectif ». Un esprit de club, un respect des valeurs du sport, des joueurs « qui évoluent bien dans leur tête » et le prix du fair-play délivré au club en 2009. Décidément, le FCM, c’est une école de vie. Le FCM : une école de vie.
Vivre ! Magazine mensuel officiel de la Ville de Montataire • janvier 2012 • # 85
 

Le Standard, c'était une légende...

Île-de-France & Oise > Oise|05 novembre 2002, 0h00|0

A MONTATAIRE, la vie du club de football a basculé voici cinq ans. Un simple dépôt de bilan a ruiné les efforts de plusieurs décennies de travail. Juste après la Seconde Guerre mondiale, le Standard de Montataire était l'un des meilleurs clubs du département. Si son étoile avait, par la suite, quelque peu pâli, il était, quand même, resté à un bon niveau de la hiérarchie régionale. Creil - Paris SG devant plus de sept mille spectateurs Dans les années soixante-dix, le désuet stade Kléber-Sellier, près du quartier des Martinets, avait cédé sa place à un complexe ultra-moderne pour l'époque, le stade Marcel-Coëne à quelques encablures de la mairie. Une tribune de deux mille places assises, une pelouse impeccable et la possibilité, également, d'accueillir des grands événements en ajoutant des gradins démontables. N'avait-il pas vu, un jour, un certain Creil - Paris SG en Coupe de France avec plus de sept mille spectateurs ? « Il faut voir grand et ne pas être dépourvu pour l'avenir », avouaient, alors, en choeur les responsables du club et les élus de la ville qui avaient instauré, pour l'inauguration, un tournoi international juniors dont la réputation pendant une bonne quinzaine d'années allait dépasser les frontières de l'Hexagone. « On ne pourra pas nous reprocher de ne rien laisser en héritage... » Au rythme des descentes et des montées, le Standard avait connu les grandes heures de la Division d'Honneur, quelques montées en Promotion d'Honneur et quelques moments moins agréables en Interdistricts. C'est, justement à ce dernier échelon qu'il quitta la scène lors de la saison 1997. Le Standard était mort, le Football Club lui succédait. Mais contrepartie moins amusante, toutes les équipes du club repartaient au plus bas niveau départemental. Sauf l'équipe première seniors, qui petit privilège d'une réserve en Cinquième Division, avait obtenu le droit de repartir en... Quatrième. Aujourd'hui, en Troisième, son avenir est incertain. « Avant, un Montataire - Creil, cela faisait courir les foules, rappelle cet ancien. A Kléber-Sellier, il y avait, parfois, mille spectateurs dans les années cinquante. Et, déjà, il y avait de sacrées frictions sur le terrain. Quand je vois maintenant que ce genre de match n'attirerait même pas dix spectateurs, j'ai vraiment l'impression que c'est tout le football amateur qui s'écroule. » MONTATAIRE, DIMANCHE MATIN. Après Pierre-Brisson à Beauvais, le stade Marcel-Coëne est certainement le plus beau complexe sportif de l'Oise. Y jouera-t-on encore au football dans quelques jours ?